Poème

L'ombre est tirée à quatre épingles. Le mur est muet des âmes fatiguées. Ici, il fait pleine lumière astrale. On dirait que la vie ne la ramène plus et n'épate plus les tambours. Je sais, ma vie change comme le coeur d'un arbre. Un arbre qui s'élance avec pour compagnon le vent.

 

 

Octobre 2020

 

 

ERIC DUBOIS 

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0