Quelques poèmes d'Éric Dubois :

 

 

 

 

 

Quelques mots
le langage
Qui font toupie
qu'on partage
A nous ce monde presque parfait
entre nos mains et nos bouches

 

 

 

 

Extrait de "Entre gouffre et lumière" ( Préface de Charles Dobzynski)- Éditions L'Harmattan., collection Accent Tonique.

Prix : 10.50 €

 

 

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=32175

 

http://www.editions-harmattan.fr

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

ANNEES

 

 

Il faut composer

des bruits s'en extraire

 

Chaque plan

chaque histoire

 

De la trousse

sortent les mots

 

Ecrire

c'est aussi inscrire

 

Sur les frontons des visages

l'écume du temps

 

Les panneaux indicateurs

dans quelle direction

 

 

Années

chiffres nombres pour quel résultat

 

Tarit le langage

au pied de l'arbre sentinelle

 

 

 

 

--------------------------------------------------------------------------

 

 


ATTENDRE

Il faut attendre
prolonger

La présence
l'absence

La chair ouverte
fermée

Quand le ciel est
attendre quand même

Noir
que les jours aient un sens

Drapé dans un hiver
comment dire?

Opaque
quand on cherche la transparence

Oui
la transparence

Attendre
c'est notre part d'humanité

------------------------------------------------------------------------------------------

 

DE L'INTERIEUR

 

 

 

Qui sent

dans l'avancée de la nuit

 

Les pensées

on touche à l'essence même de

 

L'hiver

de l'intérieur

 

Les heures volées

la nuit

 

Dans les couvertures

du temps

 

Qu'on veut comprendre

chaque regard

 

Quelques mots

dans le conflit

 

Étrange musique

air déjà entendu

 

Nécessité de parler

paradoxe

 

Affrontement

chacun à tour de rôle

 

Ses intérêts

dans le partage du sang

 

 

Extraits de « C'est encore l'hiver »

Éditions Publie.net

 

  Livre numérique

 

 

 

Prix : 1.99  €

 

 

Plus d'infos sur :

 

https://www.publie.net/livre/cest-encore-lhiver/

 

http://www.publie.net

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------

 

QUARTIER

 

 

 

 

 

Un œil

qu'on ouvre

 

Le poids du temps

la bouche

 

Le bras qui

la rue est pleine

 

se tend

pleine de gens exilés

 

On dirait

s'accroche à vos chaussures

 

Une impression comme ça

des gens exilés

 

C'est ce que j'ai vu

la bouche

 

Qui demande

l'autre bras aussi

 

Des gestes

se tend

 

Qui emplissent l'espace

vision familière

 

D'un quartier tant de fois

il y a l'eau

 

Traversé

de la rivière

 

Les commerçants attentifs

sans vous en apercevoir

 

 

Extrait de « Radiographie »

Éditions Publie.net

 

 

 

Prix : 1.99 €

 

Livre numérique

 

Plus d'infos sur :

 

https://www.publie.net/livre/radiographie/

 

http://www.publie.net

 

 

------------------------------------------------------------------

 

Quelques pas

 

l'oubli

 

 

 

Chercher à dire

 

on attend

 

 

 

L'autre cherche aussi

 

c'est troublant

 

 

 

Marée qui monte

 

les mots

 

 

 

C'est si simple

 

comme la continuité des bras des mains

 

 

 

Le geste à la parole

 

le possible qui se fait jour

 

 

 

 

Extrait de « Mais qui lira le dernier poème ?  »

 

Éditions Publie.net
 

 

Prix : 2.99 €
Livre numérique

Plus d'infos sur :

 

 

  "Mais qui lira le dernier poème? suivi de C'est encore l'hiver, et Radiographie"

 Éditions Publie.net

 

 

Prix : 11.98 €

 

Plus d'infos :

 

https://www.publie.net/livre/mais-qui-lira-le-dernier-poeme/

 

http://www.publie.net

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

 

 

 

La peau du temps se retourne
massée sous les portes


Pierre dans la cohue du lichen
la passion est mouvante


Les formes se complètent
habiles abstractions


Dans le vent les papiers dansent
avec l’outil des mots à la base du nerf


Le pâle éclat du matin se reflète
dans les yeux mornes des passants


Qui vivent dans un hôtel dont
les rêves éclaboussent le sexe du ciel

 

 

------------------------------------------------------------------

 

Le temps est le manteau d’ombre des gens
et son éclat chante dans la lumière du monde


Chaque mot bruisse d’êtres muets
quand l’existence jaillit de la source d’ombre


Promesse des étoiles dans l’éblouissement du soir
il faut tailler la pierre de la concorde


La poésie suspend le mot dans un bain d’être
dans la mélodie de nacre dans le refrain de pierre


La nuit il faut mépriser l’esclave du doute
l’écriture doit profaner le réel

 

------------------------------------------------------------------

 

Les jours sont les promesses
de l’oracle


Pas la peine d’aller chercher


C’est le prénom de Dieu


Tangue le navire dans les eaux
mouvementées
ponctuation du silence


Gangue du désir et princeps du forceps


Les mots auditionnés par le soleil

 

 

Extraits de "Chaque pas est une séquence" ( Préface de Michel Cosem )- Éditions Unicité.

Prix : 11 €

 

 

Plus d'infos :

 

http://www.editions-unicite.fr/auteurs/DUBOIS-Eric/Chaque-pas-est-une-sequence/index.php

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Il faut toujours inscrire le passé dans la marche du monde

 

 

 

La bouche coud le sens

 

 

 

la bouche remue des lèvres obscurément étoilées

 

 

 

 

 

L’espace d’un instant rêve de silence infini

 

 

 

de diamant brut dans l’étoupe des fleuves

 

 

 

 

 

l’espace qui creuse les abîmes

 

 

 

mais tout est foudre

 

 

 

 

 

syllabe du démon ombre du numéro

 

 

 

 

 

mort lente du monde

 

 

 

monde-objet

 

 

monde tout court

 

 

 

 

 

monde au nom du capital

 

 

 

 

Extrait de  " Du langage" in "Langage(s)" - Éditions Unicité.

Prix : 12 €

 

 

 

 

Plus d'infos :

 

 

 http://www.editions-unicite.fr/auteurs/DUBOIS-Eric/langage-s/index.php

 

 

 

http://www.editions-unicite.fr

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

On regarde le jour écumer les bars et les tempêtes. On est seul devant un verre à la recherche de la fortune imprévue. On est seul et muet. Le temps est résiduel. Promesse du matin en habit de livreur. Promesse des heures chaudes dans leur oubli de nacre. Promesse des mots . On aime partir. On aime l'oubli d'être. On aime se fondre dans les couleurs. On aime l'autre pour ses promesses. On aime sa joie nue . On aime rire du rire des autres. On aime rire parce que le rire est salutaire dans la défaite. On aime aussi sourire avec le jour qui court. Le cri nous persuade du silence. Chaque aube ourdit des paroles de sable. Délivrer le poids des heures dans un bruit de soleil. Chacun porte la nostalgie du jour. Le temps ceint les silhouettes d'une ceinture de souvenirs. On boit à l'eau des regrets aux heures chaudes du ciel. Les souvenirs nous murmurent des chansons douces d'oiseaux en colère. Le jour court dans les secondes, les minutes, les heures. Ses mains hissent le drapeau des vents. Ses pas vont au-delà du possible. Chaque éclat du jour pleure les cendres du silence. La joie est féconde en larmes. La joie est le vêtement du pauvre. Le silence est complice de l'absence. La pluie des mots laboure le silence. Le jour est contrepoint de la pensée. Les pensées légères sont comme le sable. Les rires sont comme des pluies d'été. Le spectacle du monde abolit le doute. Les pensées sont comme les anses d'un sac, elles portent à conséquence.On a le goût du sable du passé. Le silence éclaire l'angoisse. Le geste sème des avaries.

 

  ( Inédit )  http://www.ericdubois.net/article-poeme-119415786.html

 

in Les tribulations d'Éric Dubois - Journal de poésie

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Tristesse

belle tristesse

 

à point nommée

belle eau tragique

 

Belle eau qui tourmente

obsède

 

Tristesse

magnifique objet

 

aux mains fatiguées

lasses

 

Tristesse

aux habits rapiécés

 

 

Eau magnétique

eau des souvenirs

 

eau dont les miroirs

prolongent l'intensité

 

Tristesse

beauté charismatique

 

Musique de l'oubli

chanson de la fille de joie

 

Magie d'un soir d'hiver

fantômes éternels

 

Poème de la mort

aux lèvres des disparus

 

  ( Inédit ) http://www.ericdubois.net/2014/05/poeme-8.html

 

in Les tribulations d'Éric Dubois - Journal de poésie

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

La langue est une pente

une voie sablonneuse

 

 

On entend la frange image

le débord de l'intime

 

La nuit qui fraye avec les gestes

la surprise de l'écho

 

 

Le témoin de la lampe allumée

qui communie avec le monde

 

Le toit accentué qui chapeaute

la chambre retrouvée

 

    ( Inédit )    http://www.ericdubois.net/article-poeme-118641103.html

 

 

 

in Les tribulations d'Éric Dubois - Journal de poésie

 

 

ÉRIC DUBOIS

 

 

 

 NB :

 

 

Vous pouvez trouver aussi les poèmes d'Éric Dubois dans ses livres de poésie et dans des anthologies ainsi que sur son blog Les tribulations d'Éric Dubois - Journal de poésie ainsi que dans des revues  littéraires ( papier et web).

 

 Plus d'infos :  https://eric-dubois2.iggybook.com/fr/

 

 

TOUS DROITS RÉSERVÉS

 

 

AUCUNE OEUVRE NE PEUT ÊTRE REPRODUITE SANS L'AUTORISATION DE SON

 

AUTEUR.